TOUT SIMPLEMENT
Bienvenue sur Tout Simplement Smile
Afin de profiter pleinement de ce que vous offre ce forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de nous rejoindre si ce n'est pas encore fait ! :-) Cœurdialement Aloha ♥️
Nisargadatta Maharaj

"Il n'est ni nécessaire ni possible de changer les autres. Si vous changez vous-même, vous réaliserez qu'il n'y a aucun besoin d'autre changement . Changer l'image change tout simplement le film. Vous n'attaquez pas l'écran de cinéma ..."
Derniers sujets
» Eric Marié : Allopathie, homéopathie, spagyrie une approche ésotérique de la pharmacopée
Mar 20 Fév - 10:14:34 par Aloha

» Le Maître et son Disciple, ou les huit clefs de la Sagesse
Ven 16 Fév - 17:22:12 par Aloha

» Dr Jacques VIGNE : Du mieux-être à l'être
Ven 16 Fév - 17:07:20 par Aloha

» SOTT ... Juin 2016 - Météorites, conditions météorologiques extrêmes et changements terrestres
Ven 16 Fév - 9:10:55 par Eloha

» Léandre : Nouvelle ligne temporelle collective et synchronisation
Jeu 8 Fév - 17:52:12 par Aloha

» Respiration mains jointes
Jeu 8 Fév - 16:40:47 par Aloha

» Hervé Gaïa : L’inexorable accélération du temps jusqu’à l’Événement !
Sam 3 Fév - 15:22:58 par Aloha

» Emmanuel Dagher : Prévisions énergétiques de février 2018 – Changements Radicaux
Ven 2 Fév - 16:39:44 par Aloha

» Darpan : La mort de qui nous croyons être
Jeu 1 Fév - 11:49:11 par Aloha

» Darpan : L'appel de la Source
Jeu 1 Fév - 11:38:00 par Aloha

» (Inelia Benz) : Perturbations Nocturnes - Qu'est-il arrivé à notre Libre et Clair 2018 ?
Dim 28 Jan - 18:14:53 par Aloha

» Belle connexion ^_^
Dim 28 Jan - 12:05:58 par Aloha

» Super Lune, Lune bleue, Lune de sang, Eclipse
Ven 26 Jan - 19:49:51 par Aloha

» L'Archimagistère : Enfin la fin du monde... celui d'Hier
Jeu 25 Jan - 19:56:21 par Aloha

» Eckhart Tolle : "Je ne suis ni mes pensées, ni mes émotions .....
Jeu 25 Jan - 11:19:49 par Aloha

» Le taux vibratoire du globe terrestre est en train de s’élever à grande vitesse. Quelles sont les conséquences sur l’être humain ?
Mer 24 Jan - 17:35:35 par Aloha

» 70°ALCYON PLÉIADES-INFORMATIONS 2018: Monsanto, Iran-USA-Israël, élite banque, pédophile, OVNI
Dim 21 Jan - 16:28:03 par Aloha

» Un moine, un philosophe et un psychiatre nous parlent de la sagesse.
Sam 20 Jan - 17:38:23 par Aloha

» Tableau des systèmes et chakras janvier 2018 Précisions
Lun 15 Jan - 12:23:52 par Aloha

» Pourquoi tout va s'effondrer
Sam 13 Jan - 4:03:28 par attchibhatt

» Asato Ma Sad Gamaya - Shiva Mantras from Music for Deep Meditation - www.InnerSplendor.com
Dim 7 Jan - 17:05:11 par Aloha

» Pierre Magnard : déconstruire la déconstruction
Mar 26 Déc - 21:18:10 par Aloha

» Léandre : Un décembre pas comme les autres
Sam 23 Déc - 18:44:31 par Aloha

» Alcyon Pléïades 64 : Antarctique, projets secrets, nazies-aliens, Ahnenerbe, Odessa Highjump
Sam 23 Déc - 15:38:54 par Aloha

» LA PASTORALE DES SANTONS DE PROVENCE
Mer 20 Déc - 11:59:11 par Aloha

» La chaîne russe RT France débarque sur les ondes : découvrez le tout premier JT
Mar 19 Déc - 12:56:49 par Aloha

» Rupert Spira : La lumière de la pure connaissance (vidéo sous-titrée en français)
Mar 19 Déc - 9:30:52 par Aloha

» L'Archimagistère : Un coin du voile se lève
Lun 18 Déc - 10:25:49 par Aloha

» Mirra, la Mère de Pondichéry
Dim 17 Déc - 17:35:21 par Aloha

» 3-6-9 TESLA CODE
Dim 17 Déc - 10:03:32 par Aloha

» Les 12 Lois du Karma - Animation
Ven 15 Déc - 11:43:59 par Aloha

» Nous sommes sur le point d’expérimenter une séparation complète des mondes/réalités 3D et 5D
Jeu 14 Déc - 8:43:45 par Aloha

» Nibiru et les Anunnaki ; Les Anunnakis sont toujours sur terre et nous gouvernent
Lun 11 Déc - 18:33:04 par Melahel

» Yvan Amar : Grandir, c’est la quête de la relation vivante ....
Lun 11 Déc - 12:39:52 par Aloha

» Fréquence de l'univers, pour retourner à la source
Lun 11 Déc - 12:11:31 par Aloha

» Et descendit de Caelis
Ven 8 Déc - 17:33:10 par Aloha

» Compteur Linky: La mort (programmée!) à domicile...
Jeu 7 Déc - 14:40:06 par Aloha

» Fréquence de l'Amour, fréquence miraculeuse
Jeu 7 Déc - 12:34:24 par Mirrandav

» Eric Baret : quand on vit des événements qui nous bousculent ....
Jeu 7 Déc - 12:12:01 par Aloha

» 2015 Première année du cri primal féminin
Lun 4 Déc - 12:56:11 par Aloha

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Le Wiki du Forum - Nos Publications
Nos Publications sur le Wiki du forum

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur FacebookSuivre Forumactif sur TwitterSuivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Pinterest



Lettre à la Vie - emmanuelle Aman

Aller en bas

Lettre à la Vie - emmanuelle Aman

Message par Aloha le Ven 6 Jan - 13:37:54

Lettre à la Vie.


Chère Vie, bien que tu sois l’un des sujets majeurs de mes pensées et de mes réflexions depuis mon tout jeune âge, jamais je n’ai osé t’écrire.

Je prends donc ma plume en cette nuit de mon quarante-septième été pour te dire mon cœur et mon âme le temps de cette lettre.

Aussi naïvement que cela puisse s’écrire, je t’aime.
Aussi simplement que cela puisse se dire, je t’aime.

Je crois que déjà enfant je pensais également à cette lettre vers toi, je pense même que j’en rêvais.

Je méditais effectivement sur le fait de pouvoir t’écrire au moins une fois, et je suis heureuse, car en ce jour, je m’autorise à réaliser ce songe simple et ce simple songe.

Je sais par avance que ce que je souhaite te dire est en mon cœur depuis le jour où « je me suis réveillé », ce matin de Pâques 1973 en Algérie.

Si je devais donner un titre à ce courrier alors ce serait : « La Vie, ce conscient qui nous entoure et nous habite ».

Tout d’abord, je peux te le dire aujourd’hui, tu as été ma source majeure d’inquiétude et de tristesse spirituelle jusqu’à mes 36 ans.
Depuis ce premier matin du reste de ma vie en terre algérienne où je n’ai que 3 ans et neuf mois jusqu’à ce jour où mes pieds et mon âme se sont posés à Bryce Canyon, dans l’Ouest Américain, tu as nourri toutes mes angoisses spirituelles concernant ce monde.

Chaque jour de ma vie je me posais en silence et de loin comme de près, la même question :
- « que va-t-on devenir ? ».

Depuis le jour de mes trois ans et neuf mois où j’ai entendu et senti le cri de douleur de la femme et de l’animal sur cette terre, jusqu’à mes trente-six ans, je me suis posée la question chaque jour qu’il m’ait été donné de vivre.

Durant trente-trois années, dans chacun des jours que je traverse, tu es là, en mon cœur et mon esprit, et chaque jour je me suis adressée à toi avec la même et ineffable question : « que va-t-on devenir ? ».

Je suis inquiète tout ce temps car chaque jour je te vois à bien des endroits malmenée, violée, souillée.

Depuis le monde humain, donc y compris depuis moi, en passant par tous les autres règnes.

Chacun de mes jours je vois les signes et les traces de l’irrespect, je vois aussi les symptômes liés à ce non-respect de ce que tu es dans et depuis toutes tes entièretés.

Je vois le verbe du non-respect de ce que tu es, je vois mes maladies, celles de tous mes frères et sœurs, du plus jeune au plus vieux, pour finir par être les maladies de l’humanité toute entière.

J’ai grandi sur la terre, alors je sais ce qu’il s’y passe.
J’ai grandi en Algérie, de 1969 à 1983, et j’ai vu ce qu’il s’y est passé.
Tu le sais.
Mon cœur y a vu la naissance sous mes yeux inquiets du Front Islamique du Salut, le « F.I.S ».

Alors cette femme qui crie je l’ai entendue et cette femme est devenue aujourd’hui à une échelle beaucoup plus vaste, « ces femmes ».

Durant toutes ces années, cette inquiétude ne pas lâchée car je sais que le viol de la vie pousse au paroxysme et que ce paroxysme est aussi la voie du chaos sombre.
Cette voie ne peut mener le « Djedi » que du côté obscur d’une certaine force…

Le jour de mes cinq ans, j’ai réalisé que la plupart des gens que je côtoyais avaient oublié qu’à l’intérieur de chaque animal il y a « quelqu’un », comme je le pensais enfant…

J’avais vu à la télévision ce jour-là un reportage sur le massacre des baleines, je me suis cachée pour pleurer tant ma douleur de découvrir ce fait à été immense.
J’ignorais jusque-là qu’il arrivait aux humains de tuer les baleines pour leur chair et leur huile.
Après m’être séchée les larmes, je suis allée voir ma mère, et je lui ai dit « maman, pourquoi les gens ne comprennent pas que dans les animaux il y a quelqu’un ? ».

A la façon qu’elle a eue de me regarder les yeux bien écarquillés tant elle était étonnée par mes propos, j’ai compris qu’elle aussi avait oublié que l’animal était bien vivant de toute sa conscience, et que de ce fait, sa nature induisait qu’il existait bien par lui-même et en lui-même pour faire de lui un Être à part entière au même titre que moi, au même titre que chaque humain.

Conscience qui pour le coup devient alors super conscience au même titre que l’Homme, et que les conséquences de ce fait sont qu’il y a véritablement « quelqu’un » dans chaque animal de cette terre, du plus petit au plus grand.

Cela m’a provoqué une immense tristesse, et il n’a plus été question pour moi de fête en ce jour.
C’est ce jour-là que ma question vers toi est née pour la toute première fois.

Tout en soufflant sur les bougies de mon gâteau d’anniversaire surmonté du chiffre cinq, tout en essayant de faire bonne figure, je me suis tournée vers toi, l’esprit de la vie, et je t’ai dit dans une peine et une inquiétude infinies « que va-t-on devenir » ?

J’avais mal pour chacun des animaux et j’étais absolument et véritablement triste.
Par moment il m’arrivait de devenir « eux », je partais alors me cacher pour ne pas que l’on me voit souffrir et pleurer.
Il aurait fallu que je m’en explique, et j’étais terrifiée à l’idée de m’exprimer sur ce que je ressentais et sur ce que je « pensais ».

Je ressentais les choses en un seul et même mouvement tout en étant intérieurement composé de deux séquences différentes.

Dans un premier temps, je ressentais depuis mon cœur en passant par tout mon corps l’amour que chacun des animaux de cette planète a pour nous, les humains, et je peux vous le dire, c’est absolument magnifique et si puissant.

Je l’écris, aucun d’eux ne nous veut le moindre mal.
C’est un amour unique et absolu pour finir par être infini.

Puis dans un deuxième temps, je ressentais par mon cœur et en mon corps la douleur qu’ils connaissent venue depuis nous, les humains, depuis nous, l’humanité.

Cela me terrassait physiquement et spirituellement.
C’est une douleur unique et absolue pour finir par être infinie.

Si je devais donner une image à mes propos, je dirai que c’est comme si je voyais un ange absolument magnifique, doux et aimant, il est la conscience animale, et nous, de l’humanité, nous avons des pierres à la main et nous le lunchons jusqu’à ce que mort s’en suive.

Pour moi, depuis l’enfant que j’étais, cette inconscience me paraissait grave et les  conséquences de cet oubli encore plus grave.

Je pensais que la situation était même alarmante et que cet état de fait engendrait une souffrance incommensurable chez les animaux sur la terre…
Donc forcément et également chez l’homme.
Car reliés nous le sommes tous…

Que nous le comprenions ou pas, que nous l’acceptions ou pas, nous sommes tous reliés les uns aux autres sans oublier « les autres » des différents règnes en ce monde, et le fil qui nous relie si intimement et fortement porte ton nom.

Ce fil, invisible aux aveugles, inaudible aux sourds et silencieux aux muets se nomme La Vie.
Ce fil porte aussi le non de conscience et divine conscience.

Puis il y a la conséquence de l’existence véritable de ces interconnections, à savoir que ce que nous faisons aux autres, nous le faisons aussi à nous-mêmes.

Cette même année, qui fut pour moi une triste année, j’ai compris que le monde dans lequel j’avais fait le choix de venir avait dans une grande part oublié qu’au sein même de chaque arbre, se trouve un être à part et entier aussi vivant et intelligent que ce que notre propre esprit humain peut l’être.

C’était un constat tout aussi alarmant et inquiétant pour moi, engendrant également de grande souffrance au niveau du monde végétal.
Il m’arrivait parfois de devenir la forêt que l’on tue à petit ou grand feu, et la souffrance que je ressentais était véritablement atroce.

Sans compter que si je suis en vie en ce jour de grâce, si je respire de l'air, c'est par eux et grâce à eux.
Les végétaux...

Eux, si vastes et si grands qu'ils sont le poumon de l'humanité, eux, si forts et aimants qu'ils ont fait le choix d'être mes poumons, nos poumons, vos poumons.

Eux, si grands et si vastes qu'ils sont les médecins de la Terre, eux, si aimants et si infinis au service de la vie, au service de tous les règnes de la vie, au service de l'Humanité.

Quant à l’amour que chaque arbre, fleur ou brin d’herbe a pour nous m’a toujours bouleversé tant il est lui aussi unique, à part et sans borne.

Cela m’a toujours fait pensé à l’amour que Dieu a pour chacun de nous, depuis le ciel jusqu’à la terre puis sur la terre comme aux cieux.

J’ai également réalisé que les personnes que je côtoyais avaient comme tout oublié de la véritable nature de la vie.
Nature si pleine et entière qu’elle fait de toi l’entière et pleine conscience.

Puis un jour, j’ai vu combien nous avions oublié, nous les humains, qu’en tant qu’humain justement, notre rôle et notre mission était aussi d’être « les anges gardiens » de tous les êtres en tous les autres règnes.

J’ai vu combien cette mission cruciale car elle est celle qui mène aussi à l’harmonie, donc à l’amour et la paix, a été oubliée par beaucoup d’entre nous.

Car oui en étant ce que nous sommes, c'est-à-dire des Humains doués de super conscience, notre rôle est bien de protéger toutes les formes de vie de la terre.

Notre rôle est de ne porter atteinte à aucun autre être, y compris nous-mêmes, de la même manière que le font les anges-gardiens avec nous.

C'est même peut-être bien plus qu'un rôle, c'est une responsabilité à mes yeux, en mon cœur et mon âme.

Je l’écris humblement haut et humblement fort pour finir par être humblement posé noir sur blanc en cette humble feuille de papier, cette voie qu’humblement j’évoque, qui est la voie du gardien et de l’ange est aussi un timbre de voix qui mène à la paix, à l’amour et à l’harmonie.

Dans un temps premier en soi, et cela a toujours été de toute éternité.

Puis dans un temps deuxième, depuis soi, cela devient alors, se répandant comme une source fraîche et pure, une paix, un amour et une harmonie sur toute la Terre.

C’est à cela que je pensais l’année où tout en inspirant pour m’apprêter à souffler, je me suis penchée sur mon gâteau d’anniversaire surmonté du chiffre huit.

Il m’arrive de me dire que je suis aussi devenue « bègue » cette année-là car je ne pouvais dire ce que je t’écris en cette nuit d’été.

Face à tant de disharmonie sur cette terre, je ne savais pas quels mots utilisés pour m’exprimer et exprimer simplement mon point de vue.
Je crois que je suis devenue chroniquement et maladivement « bègue » jusqu’à mes dix-huit ans, puis de moins en moins jusqu’à mes vingt-deux ans, car je ne savais comment exprimer à mon entourage ce que j’écris aujourd’hui.

Puis petit à petit, j’ai commencé à voir, à réaliser et à sentir le poids de toutes ces souffrances que nous infligeons à tous les « autres » de la terre, donc y compris à nous-mêmes.

Nous de l'humanité.

J’ai également commencé à voir la souffrance humaine et mes souffrances par-delà les monts et les rivières, j’en étais tout aussi affligée que pour mes frères et sœurs les animaux et les végétaux.

Tu le sais la vie, bien des fois il m’est arrivé de devenir « eux », mes sœurs et frères humains, et devant tant de douleurs, je me réfugiais dans un endroit sans yeux pour se poser sur moi afin de pouvoir pleurer sans devoir me justifier.

Encore.

Quant à mon inquiétude, toujours elle était là, présente en toutes mes demeures, frappant chaque jour avec insistance à la porte de mon château.

Moi, depuis mes donjons, j'avais cette même et éternelle question vers toi : « que va-t-on devenir? ».

Pour moi, tu es la conscience de toute chose en tous les mondes, tu es la conscience en ce monde, tu es la conscience des mondes et du monde.

Parce-que tu es la vie, alors tu es l’intelligence de vie, et parce-que tu es l’intelligence de vie, alors tu es en toutes les formes de vies.

Parce-que tu es toi, c'est-à-dire la vie et son souffle, alors tu es « quelqu’un », tu es tous les « quelqu’un » de ce monde.

Je trouve que tu es dans ses formes et à travers tes formes l’intelligence, donc la conscience, celle d’où découlent la raison et leurs raisons.

Parce-que tu es la vie donc la conscience, bien des esprits tu as.
Parce-que tu es la vie donc la source douée de raison, tous les esprits tu es.
Parce-que tu es l’esprit dans tous tes esprits de la vie, ta conscience habite l’arbre de la terre.
Parce-que tu es la vie dans son vivant donc une vivante conscience, ton esprit est abrité par l’animal de cette même terre.
Parce-que tu es la vie, alors tu es la coupe qui reçoit le doux nectar qu’est la conscience.

Et si quête du Graal il doit y avoir, alors selon moi cela ne peut-être aussi que dans ce sens.

Par ce chemin, tu es alors contenue dans chaque brin de pierre et de paille.

Je trouve que bien des quêtes il y a eu au nom du Saint Graal sans que rien ne soit trouvé alors que nous l’avions sous les yeux.
Je pense que le Saint Graal, d’une certaine manière, était à chaque fois sous nos prunelles et sous chacun de nos pas, mais ces mêmes regards et ces mêmes cœurs sont restés aveuglément fermés.

Je t’ai cherché toi le Graal et toi le Saint alors que tu étais sous mes yeux.
Je t’ai cherché toi le Saint et lui le Graal et j’ai fini un jour par vous trouver.

Dans bien des vies je t’ai foulée aux pieds, je t’ai violé et abusé, tout en chevauchant ardemment chacune de mes montures à travers les monts et les montagnes y compris par certains côtés encore en cette vie pour moi, mais je comprends aujourd’hui que tu es la coupe et ton sang est la conscience.

Tu es aussi le Graal Saint et le Saint Graal.

Ta manifestation est le vivant, tu es alors le contenant de chacun des souffles qui s’expriment sur cette terre.
Tu es l’eau et tous ses esprits, tu es résidente à temps plein au sein de chaque logis ou foyer de cette Terre.

En la demeure de L’Homme également tu sièges.

Tu y règnes d'ailleurs d'une splendide manière, tu y es si belle et majestueuse.

L'Homme de cette terre est si beau je trouve en vérité!!!

C'est ce que je me suis dit en me penchant pour souffler sur les bougies de mon gâteau d'anniversaire surmonté du chiffre 12.

L'Humain de cette terre est aussi la Majesté.
Il est le Fils/Fille du Père en la Mère, fruit du désir de la Mère fécondé par le souffle du Père.

Tout comme pour chacun des autres Êtres qui respire sur cette planète, ici, maintenant, sans oublier tous les "ailleurs".

De tout temps, depuis l'éternité et dans l'éternité, cela a toujours été.
Nous sommes la Majesté, et nous vivons au royaume des Majestés.
La majesté est la vie, donc, puisque tout est vie, alors la majesté est en tout.
La majesté étant le tout, dans le tout et en tout, alors c'est donc la vie, donc la conscience qui règne en tout, pour tout et partout.

C’est ainsi, que chaque arbre et brin d’herbe est une conscience, unique et à part.

Tout comme chaque animal, du plus petit au plus grand est une conscience.

Tout comme chaque roc, mont et montagne est une conscience à part et unique.

Tout comme chaque être humain abrite lui aussi cette même vie donc conscience si unique.

Depuis ma vie d’enfant tout en étant l’adulte que je suis aujourd’hui, je dirai il y a « quelqu’un » dans chaque animal, comme dans chaque arbre et chaque plante.

Depuis mon cœur d’enfant que je cultive de tous mes possibles et de toute mon amitié en étant l’adulte et l'Être je deviens, j’écrirai il y a « quelqu’un » dans chaque rocher et chaque rivière, il y a « quelqu’un » dans chaque poisson ou chaque oiseau.

Il y a « quelqu’un » dans le ciel, dans l’eau et la terre.
Il y a « quelqu’un » dans chaque être humain,  du plus riche au plus pauvre, du plus indigent au plus rutilant des êtres, du plus fort au plus faible.
Du plus Juif au plus Chrétien, du plus Musulman au plus Bouddhiste, il y a « quelqu’un », comme un enfant pourrait le peindre sur un mur blanc.
Il y a « quelqu’un » comme le dit mon cœur, mon âme et mon corps, dans chaque pouce de vie.

Depuis tous tes ensembles, chère vie, tu es si belle, si vaste de tes différences et dans tes différences.

Dans ta maison, c’est ainsi vrai pour moi qu’il y a de nombreuses demeures, et tout cela fait de toi si « représentation » de Dieu il y  doit y avoir, la seule et unique.

Tu es selon moi, la parfaite représentante du divin en incarnation, en ce monde comme en tous les mondes.

En la forme et en toutes les formes.
Par ta forme en toutes tes formes.
Depuis le minuscule en majuscule jusqu’au vaste aux senteurs d’infini, tu es bien faite à son image.

Il y a quelques jours, chère vie, je me suis retrouvée au-dessus d’un gâteau d’anniversaire, le mien en l’occurrence, il était surmonté du chiffre 47 et je me suis tournée vers toi, encore…

Je t'ai dit pour la première fois que cela faisait bien des vies que je n'avais pas atteint cet âge, puis une autre réflexion s'est invitée en moi.

C'est donc ainsi vrai, l’énergie du viol de la vie pousse bien au paroxysme et que ce paroxysme est la voie possible du chaos sombre.

Je regarde la terre d’aujourd’hui et les disharmonies, nos disharmonies.

Les animaux n’ont jamais autant souffert en ce monde qu’en ces temps présents, les végétaux n’ont jamais été autant si malmenés en ce monde depuis que le monde est monde,

la nature n'a jamais été autant foulée aux pieds, nous n’avons jamais été autant malades, inquiets, en colère et tristes qu’en ce moment présent.

Nous avons oublié l’une des voies royales qui mène à l’illumination, à l’ascension, au bonheur et la félicité.
Nous avons perdu de vue l’un des chemins qui mène au nouveau monde pour être le monde nouveau.
Nous avons oublié la voie du « gardien » et de « l’ange ».
Nous avons oublié que nous étions aussi là pour protéger tout le reste et le restant de la vie, tout comme nous avons oublié que nous étions également présents pour être notre propre ange et gardien.
C’est même l’une de nos principales missions.
C’est une voie qui mène également à la paix en soi et pour soi, cette notion est l’un des sièges du bastion de toutes les révolutions positives.

En gardant la porte de « l’ange » et du « gardien » fermée, nous gardons clos le seuil qui ouvre sur la terre nouvelle pour finir par être la nouvelle terre.

Alors tout en inspirant pour souffler les bougies de mon gâteau d’anniversaire surmonté du chiffre 47, j’ai prié pour la toute première fois.

Je me suis tournée vers toi et je t’ai dit : « Père (Dieu), Mère (Dieu), aide-nous à comprendre la voie du gardien et de l’ange et à y entrer, soutiens-nous pour entrer dans cette paix offerte, une paix qui serait alors aussi la paix, sur la terre comme aux cieux.

En mon fort intérieur pour être mon intérieur fort, j’ai pris le temps de te chanter en silence la foi que j’ai aussi en nous, nous de l’humanité, nous de « l’humain qui est ».

Dans mes humbles notes il y a la foi que j’ai en la bonté de ce monde, celle-là même qui prête son souffle à chaque homme et femme pour en faire un être de bonne volonté.

Je pense que le monde nouveau est la demeure de l’Homme de bonne volonté, l'homme doué de bonté.
Je pense que le nouveau monde est le royaume de l’Humain de bonne volonté, l'humain doué de bonté.

Alors osons ouvrir cette porte que nous tenons close, osons pousser la porte du "gardien" et de "l'ange", osons franchir le seuil de la demeure du Père et de la Mère car je crois qu'elle n'attend que nous.
Je pense qu'elle a toujours été là, n'attendant qu'une seule chose, que nous poussions la porte et que nous franchissions enfin le pas.
Osons ouvrir chacun et chacune pour finir par être ensembles la porte de la cité que nous pensions interdite, et je sais par avance que cette cité est le trône de la "belle" sans plus aucune "bête".

Pour terminer chère Vie, pour ce et ceux que tu es, depuis mon minuscule, c’est avec tous mes respects qu’à tes pieds  je dépose  mes humbles majuscules.

Celles-là même qui me permettent d’écrire en parlant de toi : « LA VIE », celles-là même qui m’autorisent à te dire MERCI et PARDON.

emmanuelle Aman.


Via :  http://lemmanuellesurlaterrecommeauxcieux.com
avatar
Aloha

Messages : 1750
Date d'inscription : 09/08/2014
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://atout-coeur.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum