TOUT SIMPLEMENT
Bienvenue sur Tout Simplement Smile
Afin de profiter pleinement de ce que vous offre ce forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de nous rejoindre si ce n'est pas encore fait ! :-) Cœurdialement Aloha ♥️
Nisargadatta Maharaj

"Il n'est ni nécessaire ni possible de changer les autres. Si vous changez vous-même, vous réaliserez qu'il n'y a aucun besoin d'autre changement . Changer l'image change tout simplement le film. Vous n'attaquez pas l'écran de cinéma ..."
Derniers sujets
» Emmanuel Dagher : Prévisions énergétiques de février 2018 – Changements Radicaux
Lun 10 Sep - 16:48:15 par bilkis

» Chico Xavier : l'humanité a jusqu'au 20 juillet 2019 pour choisir sa destinée
Jeu 6 Sep - 18:38:37 par did

» Mâ Ananda Moyî et Marthe Robin, deux mystiques d'Orient et d'Occident. Avec Véronique Francou
Jeu 6 Sep - 9:43:50 par did

» Traditions Celtiques
Mer 5 Sep - 13:16:24 par Azaël

» Bénéficier d'une conscience double... Bernard de Montreal
Sam 25 Aoû - 22:15:00 par Jyoti

» Krishnamurti - Amour, Sexe et Plaisir. vostfr
Lun 20 Aoû - 12:35:18 par bilkis

» L’Imitation de Jésus Christ
Mer 15 Aoû - 14:16:55 par did

» LÉtoile de la Vie et la signification du mot "Is-Ra-El"
Mer 15 Aoû - 12:30:01 par did

»  Frank Hatem : un autre regard sur les Reptiliens
Mer 15 Aoû - 11:23:51 par did

» Musique "vers la lumière"
Mar 14 Aoû - 7:57:10 par Azaël

» Vaccin ROR - Urgent : le film censuré à voir avant le 24 mai !
Mar 22 Mai - 17:41:09 par Aloha

» La Mafia pharmaceutique a pris le contrôle de l'Etat !
Dim 20 Mai - 9:15:05 par Aloha

» Amusez-vous avec cette énigme mathématique ^ ^
Mer 16 Mai - 8:45:37 par Aloha

» un observatoire du mépris de la VIE et de la DIGNITE HUMAINE
Dim 13 Mai - 8:46:18 par attchibhatt

» Chemtrails : pilotes de ligne et scientifiques balancent tout…
Dim 13 Mai - 4:53:23 par attchibhatt

» David Dubois et Yves Marie L'Hour Le shivaïsme du Cachemire et la philosophie de la Reconnaissance
Sam 12 Mai - 22:25:49 par Aloha

» Comment Re-Programmer son cerveauen 18 min !!!
Ven 11 Mai - 18:20:06 par Aloha

» Jean-Louis Meylan : Eloge de la simplicité
Ven 11 Mai - 11:24:53 par Aloha

» La conversion AN : principe purificateur
Jeu 10 Mai - 9:45:22 par Aloha

» Eric Zurcher : Existe-t-il des entités immatérielles ?
Mar 8 Mai - 8:34:40 par Aloha

» Pour un regard critique sur la science et le scientisme - Alexandra d'Imperio
Lun 7 Mai - 16:24:30 par Aloha

» Les plantes n’aiment pas être touchées, et elles le font savoir
Lun 7 Mai - 12:05:41 par Aloha

» Le sens profond de la méditation OM et une Méditation simple et apaisante de gratitude à pratiquer l
Ven 4 Mai - 11:19:01 par Aloha

» 5 Mai CNT CRS La bombe : L un des crs du conseil national de transition dévoile et appelle
Ven 4 Mai - 9:58:01 par Aloha

» Léandre : Corps physique + conscience 4D = nouvelle réalité
Jeu 3 Mai - 16:24:59 par Aloha

» Un peu de grammaire ^^
Mer 2 Mai - 18:55:54 par Aloha

» Ne mangez pas de poisson sans prendre cet antidote
Mer 25 Avr - 10:57:54 par Aloha

» Alcyon Pléiades 70: Bombardement Syrie, faux attaque chimique, sanctions Russie, Guerre Mondiale
Lun 23 Avr - 12:18:37 par Aloha

» Le WESAK dans la nuit du 29 au 30 avril 2018
Lun 23 Avr - 11:26:01 par Aloha

» LA TRANSITION DU 5 MAI 2018
Mer 18 Avr - 11:34:51 par Aloha

» Des impulsions géomagnétiques solaires massives nous font exploser ainsi que Gaia avec des fréquences énergétiques élevées
Mar 17 Avr - 10:30:56 par Aloha

» Les SECRET de l'art PERDU de la PRIÈRE ॐ Gregg BRADEN
Dim 15 Avr - 18:02:57 par Aloha

» Jean Klein : L'humilité n'est pas quelque chose que vous portez comme on porte un vêtement
Dim 15 Avr - 17:56:41 par Aloha

» Et si tout s'effondrait ? Pablo Servigne & Vincent Wattelet
Dim 15 Avr - 10:31:14 par Aloha

» 73º ALCYON PLEIADES - INFORMATIONS 2018 : Skripal, Royaume-Uni-Russie,Guerre Froide, Palestine, OVNI
Jeu 12 Avr - 18:41:12 par Aloha

» Lecture cosmique et Energétique : Avril 2018
Mer 11 Avr - 17:24:38 par Aloha

» Léandre : Nous sommes en cure de désintoxication
Mer 11 Avr - 0:53:48 par Aloha

» L'Ultime Convergence : Quelle spiritualité pour éviter le chaos - en 3 parties
Lun 9 Avr - 18:12:37 par Aloha

» Sheldan Nidle – Message du 3 avril 2018
Dim 8 Avr - 17:55:50 par Aloha

» Qui sont-ils? HA5D, PO, HR, reptilien, walkin
Ven 6 Avr - 11:45:07 par Melahel

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Le Wiki du Forum - Nos Publications
Nos Publications sur le Wiki du forum

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur FacebookSuivre Forumactif sur TwitterSuivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Google+Suivre Forumactif sur Pinterest



Un peu d'histoire ~ Médecine interdite : l'alchimie

Aller en bas

Un peu d'histoire ~ Médecine interdite : l'alchimie

Message par Aloha le Mer 29 Juin - 22:01:02

L’alchimie est connue dans l’imaginaire populaire comme une sorte de magie consistant à transformer le plomb en or.

Mais c’est réducteur : les alchimistes cherchaient le remède universel permettant de soigner toutes les maladies (la panacée) et l’élixir de longue vie, une boisson légendaire capable de prolonger la vie humaine.

Les alchimistes s’intéressaient donc beaucoup à l’être humain, la santé, les maladies, et pas seulement aux métaux précieux. On peut les considérer comme des sortes de médecins.

Ils ont contribué de façon décisive à l’avènement de la médecine moderne.

C’est une histoire très étrange, que je vais vous raconter…


Les alchimistes, précurseurs de la médecine moderne
Les premiers essais d’alchimie dont on a la trace furent ceux de Théophraste, un philosophe grec du IVe siècle av. J.-C. Certains historiens font remonter les sociétés secrètes d’alchimie à l’Égypte ancienne.

Mais l’alchimie est surtout associée dans nos esprits aux savants et sorciers du Moyen Âge.

Nous avons raison. C’est à la fin du Moyen Âge, en 1493, qu’est né le fameux alchimiste et astrologue suisse qui allait révolutionner la médecine : Philippus Theophrastus Aureolus Bombastus von Hohenheim, plus connu sous le nom de Paracelse.

Vous aurez noté que son second prénom officiel était Theophrastus, comme le premier alchimiste de l’Antiquité grecque.

Ce n’est pas un hasard. Le père de Paracelse, Wilhelm Bombastus von Hohenheim, était lui aussi alchimiste et médecin. Il avait souhaité baptiser son fils du nom du grand maître de l’alchimie.

La famille de Paracelse vivait à l’abbaye bénédictine d’Einsiedeln, en Suisse, sur les rives du lac des Quatre-Cantons. C’est auprès du père abbé de cette abbaye que Paracelse fut initié aux premiers secrets de l’alchimie.


Paracelse se rebelle contre les principes de médecine d’Hippocrate
À cette époque, la médecine restait encadrée par les théories d’Hippocrate et de Galien, colportées au Moyen Âge par la médecine arabe.

Cette médecine reposait sur la « théorie des humeurs » et consistait à donner aux malades des mélanges compliqués de plantes, minéraux, produits animaux.

On estimait que plus une formule était bizarre, plus elle avait de chance de fonctionner.

D’où l’usage de chair de serpent, sang de fœtus, venin de scorpion et autre « bave de crapaud » qui entraient dans la composition des potions, mixtures et élixirs prétendument magiques. Le plus connu d’entre eux, le « thériaque », dont l’origine remonterait au roi de l’Antiquité Mithridate, comptait jusqu’à 100 ingrédients (dont la chair de vipère).

Le problème, évidemment, est que lorsque ces potions produisaient un effet bénéfique sur le malade, il était impossible de savoir à quel ingrédient l’attribuer. De plus, la potion ou le mélange qui contenaient des dizaines d’ingrédients ne pouvaient pas aisément être reproduits à une époque où la classification des végétaux et des éléments naturels n’était pas rigoureuse.


À la recherche de la « quintessence » des choses
En tant qu’alchimiste, Paracelse savait faire fondre des métaux pour les purifier, réaliser des alliages. Il connaissait le principe de l’oxydation et de la réduction. Il savait que les métaux pouvaient former des sels, ceux-ci pouvant être solubles et donc entrer dans la réalisation de solutions buvables.

Il était convaincu que chaque objet avait en lui une sorte d’esprit volatil qu’il appelait la « cinquième essence des choses » ou « quintessence » (quinte-essence).

Il supposait que chaque plante, minéral, substance sur terre avait existé à l’époque de la création de l’univers sous une forme pure, non contaminée.

Avec le temps, pensait-il, les éléments s’étaient mélangés et chargés d’impuretés. Ce phénomène avait à la fois diminué leurs vertus curatives et rendu ces produits toxiques.

En revanche, s’il parvenait à retrouver l’état de pureté originelle des substances terrestres, elles pourraient servir de médicament et guérir toutes les maladies.

Après avoir voyagé dans toute l’Europe, non seulement pour explorer les mines de métaux, mais aussi pour suivre des cours de médecine dans les universités, Paracelse en conclut que les enseignements des médecins ne valaient rien.

Il rejeta les théories d’Hippocrate et de Galien. Il refusa de prêter le serment d’Hippocrate quand il fut nommé professeur de médecine à l’Université de Bâle, en 1527.

Quelques semaines plus tard, le jour de la Saint-Jean, il brûla en place publique plusieurs exemplaires de la grande œuvre du médecin arabe Avicenne (Ibn Sina), le « Canon de la médecine », asservi lui aussi aux principes d’Hippocrate.

Il se lança en revanche dans les premiers essais de « monothérapie », c’est-à-dire administrer une seule substance à la fois aux malades, par opposition à la « polypharmacie », les mélanges compliqués, qui avaient été la marque de fabrique de Galien et d’Ibn Sina.

Mais en tant qu’alchimiste, il commença par des substances toxiques comme le plomb, l’or, le mercure et l’antimoine.

Ce fut une catastrophe.

Sous son influence, les sels de mercure devinrent le traitement officiel de la syphilis, avec des effets horribles pour les patients :

« Sans hésitation, étalez cette mixture sur votre corps et couvrez-en entièrement votre peau… Recommencez dix jours de suite… très vite, vous sentirez que les ferments de la maladie se dissolvent d’eux-mêmes dans votre bouche, produisant un flot dégoûtant de salive », expliquait en 1530 l’un de ses disciples, le médecin italien Girolamo Facastoro.

On sait aujourd’hui que cette intense salivation est provoquée par l’intoxication au mercure, le corps essayant de se débarrasser par tout moyen de ce poison affreux. Mais le traitement fut néanmoins appliqué pendant des siècles et l’on trouvait encore dans les années 50 des comprimés de mercure et de digitale, prescrits comme diurétiques.

Néanmoins le principe de Paracelse de donner un produit unique, et le plus pur possible, aboutit finalement à la découverte des premiers traitements médicamenteux modernes efficaces.

Le premier fut le traitement de la malaria, à partir de la racine de quinquina rapportée au XVIIe siècle par les Jésuites d’Amérique du Sud et qui, purifiée, produit un alcaloïde d’importance majeure en médecine, la quinine.

C’est le même principe qui permit la découverte de la racine d’ipeca, à l’origine du premier traitement contre la dysentrie en 1648 par William Piso, un médecin hollandais qui revenait du Brésil.

La purification de l’opium, qui produit la morphine, aboutit également au XIXe siècle au progrès dans le traitement de la douleur et les antitussifs à base de codéine (dérivée de la morphine).

Aujourd’hui, toute l’industrie pharmaceutique repose sur ces efforts de recherche et de purification des substances, dont on mesure ensuite l’effet lors des recherches cliniques.

« C’est la dose qui fait le poison »
Paracelse apporta une autre contribution décisive à la médecine, de façon accidentelle.

Constatant les effets désastreux des sels de mercure, de plomb, d’antimoine et d’or sur ses patients, il ne se laissa pas démonter.

Il décréta une formule qui devait connaître un succès planétaire et universel, justifiant par avance les expérimentations les plus saugrenues de ses successeurs :

« Toutes les choses sont poison, et rien n’est sans poison ; seule la dose détermine ce qui n’est pas poison. [1] »

Autrement dit, si ses patients mourraient empoisonnés au mercure, au plomb ou à l’or, ce n’est pas parce que le mercure, le plomb et l’or sont toxiques en soi, c’est uniquement parce que la dose était trop élevée !

On sait aujourd’hui à quel point ce principe est faux. Le mercure, le plomb et l’or sont toujours toxiques, même à petite dose. Certes, en-dessous d’une certaine quantité, notre organisme survit malgré tout. Mais il n’existe pas de dose à laquelle le mercure, le plomb et l’or soient bons pour la santé.

Néanmoins, ce principe audacieux déboucha par miracle sur une moisson de découvertes qui allaient révolutionner le sort de l’humanité.

Les médecins qui lui succédèrent se mirent ainsi à « oser » donner, à petites doses, toutes sortes de produits à leurs patients, y compris ceux qui étaient connus pour être des poisons. Et c’est ainsi que de nombreuses découvertes révolutionnaires furent faites.

La purification des métaux et la formation de sels organiques devint le principal pilier de la médecine, jusqu’à nos jours. Rappelons que les traitements au lithium restent un traitement de première ligne contre la maniaco-dépression. Les sels ferreux (carbonate, citrate, fumarate, gluconate, iodide, lactate, phosphate et succinate) sont utilisés contre l’anémie et ce qu’on appelait autrefois les chloroses. L’arsenic (arsphénamine) a permis de traiter la maladie du sommeil et la syphilis (Salvarsan). L’arsenic est utilisé aujourd’hui en chimiothérapie contre la leucémie, le platine contre plusieurs cancers (ovaires, testicules, cancer du poumon à petites cellules).

Les traitements de réhydratation nécessitent des solutions minéralisées, elles aussi obtenues par les moyens développés à l’origine par les alchimistes.


Découverte de l’alcool pur
Toujours grâce aux alchimistes, la distillation avait fait de grands progrès au XIIIe siècle avec l’invention de nouvelles formes de verre qui permettaient la distillation fractionnée.

C’est ainsi que fut découverte l’eau-de-vie (acqua vita) par le moine franciscain espagnol Joannes de Rupescissa, par la distillation du vin, c’est-à-dire l’alcool à brûler. Il affirma avoir découvert la « cinquième essence », ou « quintessence », qui serait une panacée pour toutes les maladies. C’est l’origine du terme « eau de vie », qui doit être comprise au sens propre.

Arnald de Vilanova (1240-1311), un médecin installé à Montpellier, utilisa aussi les techniques de distillation des plantes et fit de cette ville la première école de médecine d’Europe.


Le médecin doit aimer les hommes
Nous avons encore bien d’autres dettes à l’égard des alchimistes et de Paracelse en particulier.

« On ne peut point aimer la médecine sans aimer les hommes », disait-il.

Excellent chirurgien (pour son temps), il préconisait de maintenir les plaies propres. Au lieu de faire souffrir en détergeant ou en brûlant les chairs comme le préconisait la médecine arabe, il préférait utiliser la « mumie », composé à base d’huiles essentielles, ou encore les procédés alchimiques tels que les sels d’argent dont les qualités antiseptiques ont été prouvées par la suite.

Enfin, Paracelse était très ferme sur la nécessité pour le médecin d’être honnête, responsable, conscient de ses responsabilités :

« Je vous recommande de ne pas être âpre au gain, de mépriser le superflu et la fortune, de voir quelquefois des malades gratuitement », disait-il.

« Le médecin ne doit pas trop se vanter… Il doit savoir ce que veut la nature et qu’elle est le premier médecin. »

On ne saurait mieux dire !

À votre santé,

Jean-Marc Dupuis
Via la newsletter de https://www.santenatureinnovation.com
Si vous souhaitez vous abonner à cette newsletter : inscrivez-vous ici.
[1] Dans le texte : « Alle Dinge sind Gift, und nichts ist ohne Gift ; allein die Dosis machts, daß ein Ding kein Gift sei. »
avatar
Aloha

Messages : 1827
Date d'inscription : 09/08/2014
Localisation : Paris

Voir le profil de l'utilisateur http://atout-coeur.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum